Bannière du blog

Bienvenue sur le blog du sculpteur Anne Kirkpatrick

connexion

Auguste Zamoyski. (1893-1970).Sculpteur.

Auguste Zamoyski. (1893-1970).Sculpteur.

Auguste Zamoyski, l'inventeur du Formisme. 

Ce grand sculpteur d'origine polonaise fonda là bas, avec d'autres artistes, un mouvement expressionniste  qui recherchait en sculpture la plastique originale,  les courbes essentielles, les formes étant leur élan inspirateur.  

C'était exactement le contraire des artistes français (Matisse, Picasso, Braque..)  qui ne recherchaient que de nouvelles dimensions à leurs toiles. Etaient donc communément nommées "sculptures" ce qui n'en avait pas la démarche.  Disons qu'elles étaient des études tridimensionnelles  pour des compositions de peintures .

Le "formiste" recherchait la forme pure, nouvel élément de la vie. Les traits étant la charpente apparente de sa sculpture. 

Pourtant, Auguste Zamoyski abandonne cette voie pour revenir à des sculptures réalistes.

Il s'agissait de regarder la nature et sa beauté avec l'œil contemporain. Voir en vrai et pas sous l'influence d'autres époques.

 Telle cette Venus, une campagnarde du quotidien.

 Il s'en dégage une force extraordinaire. Si la masse est impressionnante, il ne faut pas passer à côté de la minutie avec laquelle les finitions furent exécutées. En se penchant sur ses pieds et en regardant la rondeur des orteils, on observe presque à la loupe les derniers coups de burin donnés millimètre par millimètre. L'œil perçoit pourtant du lisse. L'ensemble des sculpteurs se contentent de poncer pour arriver plus vite à ce résultat final.

Des bustes expressifs et des statues religieuses pleines d'élan spirituel naissent à ce moment là.

 Attaché à la France, il vécu près de Toulouse les dernières années de sa vie aux cotés d'Hélène, son épouse. Celle ci conserva longtemps l'esprit de l'artiste dans son  atelier. Les outils abandonnés en plein travail depuis si longtemps avaient l'air d'avoir servi la veille, encore au pied d'une immense statue de marbre  non achevée, mais  déjà si vivante.  Hélène Zamoyska avait confié récemment l'œuvre de son mari à l'abbaye de Sylvanès  en  Aveyron . Un petit musée lui est maintenant dédié. L'artiste va-t-il avoir enfin le rayonnement qu'il mérite?

 Hélène qui fut la première femme agrégée de russe et eut comme camarade d'université Svetlana, la fille de Staline qui, par la suite, vint s'installer quelques mois à Saint-Clar de Rivière.

Rencontrons dans leur maison de St-Clar de Rivière, en Haute Garonne, ces deux êtres d'exception.

Photo extraite du livre

Statue Notre Dame de l'Océan. Réduction.

Statue Notre Dame de l'Océan. Réduction.

Une série limitée de la réduction est en fabrication.

La maquette de la réduction de la statue de Notre Dame de l'Océan est achevée. Une série limitée et numérotée, signée par l'artiste sera bientôt disponible. Soyez les premiers à  la retenir pour être  sûr d'en posséder une.

 H:24 cm, l:9cm, P:18cm , marbre reconstitué.

Malgré sa taille, la réalisation a demandé presque autant de temps que la grande statue de Biscarosse!

Vénérée et appréciée, sa reproduction sera une continuité idéale de l'œuvre à garder chez soi.


Photo A.K: Statuette Notre Dame de l'Océan. Réalisée par Anne Kirkpatrick.

Gravier étonnant

Gravier étonnant

Un gravier aux formes parfaites

Devant ma porte, des graviers décrivent un petit sentier. Et là, au milieu de ces formes et couleurs  très variées, j'en vois un qui est nettement plus gros que les autres. D'une forme ovale parfaite, j'ai envie de le mettre dans ma main . 

A cause du vent, de la pluie, des marées, des torrents,  des pelles et  des engins, LE caillou est arrivé BEAU devant ma porte, et, pas de doute, il ne pouvait plus être soumis à ce mouvement aléatoire de la nature. Il était prêt. Prêt à être mis de côté pour être admiré.

Ce que j'aime dans le monde minéral c'est sa passivité. Incapable de pensée comme l'homme, incapable de se mouvoir et de souffrir comme les animaux, incapable de se développer comme les plantes, il est seulement là, offert au déroulement du Temps et des évènements. Et cela depuis des milliards d'années. C'est ce monde ancien que je tiens dans la main. D'où vient-il?... Le sculpteur se dit toujours qu'il extrait de la pierre une forme qui existait déjà. La nature n'a  donc fait que son travail.

Celui-ci n'a que sa forme de remarquable. 7,5 cm x 5,5 cm x 1,5 cm. A nos crayons et compas, car il s'inscrit peut être dans le nombre d'or. Malgré sa totale inertie, il aura au moins, occupé notre pensée. A.K

 

Photo A.K: le gravier remarquable

L'art de l'icône: une savante alchimie

L'art de l'icône: une savante alchimie

L'icône c'est l'image de l'invisible, nous dit Egon Sendler.

La complexité de cet art aux perspectives inversées, aux tons doux et forts, au graphisme parfait, aux regards particuliers, et la grande harmonie de leur ensemble ont attiré mon attention, et m'ont donné envie d'en réaliser une.

Il était intéressant de réunir les trois mondes: Végétal: le bois de peuplier pour la base. Animal: peinture à l'œuf, gomme laque, colle de peau de lapin. Minéral: pigments, terre et feuille d'or. Celle ci est fascinante par son effet de lumière vivante. Le fond préparé en est tout d'abord entièrement recouvert (au début tout était Lumière),puis j'ai reproduit les dessins: ils décrivent des mouvements savamment stylisés. J'ai ensuite passé les couches successives de peinture difficile à étendre, puis gratté  plus tard quelques auréoles qui laissaient apparaitre peu à peu l'or comme une pure lumière. Celle vers laquelle tendent les ombres d'ici bas.

J'ai choisi la Transfiguration de Pereslavl Zalesski (XVème siècle).

Il fallait se plier aux dictats séculaires de cet art pour obtenir un résultat satisfaisant. L'esthétique est la première à attirer le regard. Puis la technique est incontournable et difficile. Enfin la théologie s'impose: les sujets sont là.

Inlassablement les élèves "réécrivent" les mêmes icônes au prix d'une grande et longue assiduité. C'est bien , mais  c'est aussi un véritable rabat-joie pour la créativité. Egon Sendler disait avec une certaine tristesse que personne ne veut presque plus créer de nouvelles icônes. Alors, essayons: avis aux amateurs courageux! A.K

L'icône, image de l'invisible par Egon Sendler.( Desclée de Brouwer)

Les icônes du VI ème siècle à nos jours . (Solar)


Photo: Icône de la Transfiguration. A.K

ARTOULOUS'EXPO 2014

ARTOULOUS'EXPO 2014

Centre des Congrès DIAGORA Toulouse Labège:  14, 15, 16 Février 2014.

Un  Salon d'Art contemporain patronné par Dépêche Events:  peintres, sculpteurs, céramistes, mosaïstes, photographes, artistes numériques, ce sont environ 300 artistes qui participeront à cette manifestation  majeure en Midi-Pyrénées.

C'est un concours exposition, et des stands dédiés à ceux qui veulent exposer plusieurs œuvres.

C'est une vente aux enchères permettant une première cotation. Donc, ne pas hésiter à découvrir de vraies œuvres d'art à petits prix! Ambiance assurée.

Suivre en direct et faire vos propositions en direct sur www.artoulouse.com/vente.enchères/

Vente aux enchères le 16 février 2014 à 14h 30 (tél 05 61 23 58 78).

Participation Anne Kirkpatrick :  buste de Yaaqoub Khalil Haddad


Photo extraite du site Artoulouse.

Le plâtre initial ou original en sculpture.

Le plâtre initial ou original en sculpture.

Le plâtre initial est le seul vrai témoin de l'œuvre.


Aux yeux de l'artiste, il constitue la pièce essentielle qui définit exactement son travail. Celui - ci la considère artistiquement plus précieuse qu'un bronze, car c'est exactement ce qu'il a conçu.

En effet, lorsque l'artiste veut réaliser une statue en bronze, en pierre, plâtre ou même ciment, il commence par modeler la terre. Tout son "génie" créatif est dans l'exécution de cette forme en terre: l'expression qu'il va lui donner, la courbe qui l'inspirera. Il va pouvoir travailler vite, rectifier sans vergogne, transcrire sa joie d'un petit coup de pouce.

Ensuite, c'est un travail d'artisan. Il sait où il va.

Le modèle en terre  doit absolument rester humide et donc souple, tant que l'œuvre n'est pas achevée. Terminé, l'artiste élabore par dessus un moule en plâtre, en plusieurs morceaux. Pour obtenir l'épaisseur du moule et sa précision, il va jeter, du bout des doigts, en plusieurs couches et par petits coups secs, du plâtre très liquide sur la terre. Dans le moule obtenu, vidé de la statue en terre qui est forcément détruite, il coulera le plâtre initial qui la remplacera.

Ce plâtre initial servira à réaliser un autre moule pour l'élaboration soit d'un bronze ou de tirages en plâtre, en ciment, et comme modèle pour une statue en pierre ou bois.

Même s'ils ne sont pas assez mis en valeur dans les musées, les plâtres originaux ou initiaux détiennent les vraies émotions de l'œuvre.

A.K

Photo et œuvre: Anne Kirkpatrick. Plâtre initial apparaissant sous le moule

Festival d'Artagnan 2013. Lupiac .Gers.

Festival d'Artagnan 2013. Lupiac .Gers.

Une journée au XVIIème siècle dans le village natal du célèbre mousquetaire.

Plus de 500 personnes costumées, des troupes théâtrales, 60 artisans (fileuses, rempailleuses de chaises, ébénistes , teinturier...) des écrivains, des artistes, tous d'ici et à  la disposition du public pour expliquer leur savoir. 

Rien n'était négligé: cuisine d'époque (cochon grillé). Tir de mousquet et d'arquebuse par une troupe spécialiste et plus vraie que nature. Traversée d'une dame en chaise à  porteurs, bœuf tirant une charrette de barriques de vin, lavandières à  l'action dans leur lavoir, jeux pour les enfants, messe en gascon et concert baroque dans l'église, un enfant vendait même "la Gazette" à  la criée...C'était une réjouissante et perpétuelle découverte de tant de tableaux différents!

Une magnifique réussite pour les 250 bénévoles qui ont œuvré tout l'hiver.

voir l'ambiance

Photo: A.K Les Mousquetaires en patrouille.

Concert baroque. Estéban Salas. Lupiac. Gers

Concert baroque. Estéban Salas. Lupiac. Gers

Messe de Noël par Esteban Salas (1725-1803)

Ce compositeur cubain du XVIIème siècle, peu connu, fortement influencé par les œuvres françaises et italiennes, a été remis à  l'honneur par le très éclectique Reynier Silégas.

En six mois à  peine, sous la houlette de ce jeune ténor et chef de chœur lui même cubain, les autochtones ont formé un chœur exceptionnel. Ils étaient accompagnés du quatuor initié par la violoncelliste Suzan Edwards qui partage son temps et son enseignement entre le Gers et la Palestine.

Ce furent des moments d'une musique céleste, purement harmonieuse, toute en douceur et en beauté.  A.K

Ecouter Estéban Salas. ici

Ecouter la belle voix de Reynier Silegas dans un autre style. ici



Léonard de Vinci. Dans la tête d'un génie.

Léonard de Vinci. Dans la tête d'un génie.

Le peintre philosophe qui associe l'Art et la Science.

Dans ce documentaire mené magistralement, nous sommes en proximité privilégiée avec le peintre, génie de la Renaissance.

Ses thèmes favoris sont l'ingénierie, la géologie, la biologie, l'anatomie. En observant la nature, il constate que tout y est régi par des définitions mathématiques, même la Beauté. L'air, l'eau, le vol des oiseaux, tout le fascine.

Le splendide Codex Atlanticus, (son carnet de notes) dont nous découvrons le manuscrit original, nous révèle son désir obsessionnel de tout connaitre.

Ce documentaire sera rediffusé sur ARTE:

le 7 décembre   10H 25

le 12 décembre   8h 55

 


 

 

Photo: La Sainte Anne, ultime chef d'œuvre de Léonard de Vinci.

 

"Arts d'Afrique. Voir l'invisible"

"Arts d'Afrique. Voir l'invisible"

L'objet, c'est de la pensée solidifiée. Claude Lévi-Strauss

La création traditionnelle des cultures d'Afrique Noire, d'une exceptionnelle richesse de formes et de fonctions, constitue le support matériel d'un système de pensée qui repose sur la vision d'un monde peuplé de forces invisibles.

Ces énergies singulières fonctionnent en réseaux de correspondances que  l'homme doit s'efforcer de déchiffrer et de contrôler.

Cette nécessité entraîne la mise en place par des spécialistes de dispositifs complexes, où les objets tiennent une place centrale à  la fois comme révélateurs et comme opérateurs de cette réalité.

Masques, statues, fétiches, sont les réceptacles de forces spirituelles activées par des mécanismes d'accumulation d'éléments disparates, associés à  des sacrifices, des paroles incantatoires, des musiques, des danses et des transes qui connectent l'homme à  l'univers.

L'art consiste ici à  "organiser et réunir" dans le but de présentifier des forces occultes.

... En signifiant l'invisible, l'art africain nous propose une autre lecture du monde.

                            Paul  Matharan,  conservateur du Musée d'Aquitaine de Bordeaux.

article voir

Rozès, 30 novembre 2013, 21h.