Bannière du blog

Bienvenue sur le blog du sculpteur Anne Kirkpatrick

connexion

Roquebrune.Gers. Son Calvaire.

Roquebrune.Gers. Son Calvaire.

Coulage de la statue

Il faut enduire la résine de paillettes de verre dans le fond des morceaux de moule, puis de mat de verre sur plusieurs épaisseurs et ceci en plusieurs jours. Lorsque tous les morceaux sont correctement recouverts, le moule est refermé, vissé et l'on peut faire couler la résine le long des plans de joints en y ajoutant des paillettes de verre pour solidifier l'ensemble.

Puis c'est le démoulage de la statue. Et un passage très long de reprise des détails manquants. Enfin, de la mousse expansive extrêmement dure est introduite dans la statue et va lui donner un solidité exceptionnelle. Son aspect est étonnant.

Un ponçage s'impose et la statue est revêtue d'un apprêt peinture spécial résine polyester.

Pas moins de 80 heures de travail efficace ont contribué à la réussite  de ce travail .

Roquebrune va repeindre( 2 ou 3 couches entrecoupées d'un léger ponçage) son Calvaire d'une couleur uniforme et la statue va être remise en place.

Merci à monsieur William Hemardinquer de Lavardens, enseignant de techniques d'Art.


Photo: Anne Kirkpatrick

Roquebrune. Gers. Son calvaire.

Roquebrune. Gers. Son calvaire.

Ouverture du moule.

Avant toute chose, il faut faire des trous tout le long des joints pour passer les boulons qui tiendront l'ensemble des moules.

Un opération qui reste délicate. Le silicone ne doit pas être déchiré par la pression du moule. Cela arrive: nouveau travail , il faut réparer le silicone. Comme un pantalon, mais en plus, il faut attendre que cela sèche: 24 h de plus!

Après avoir percé la coque, il faut donner un petit coup de compresseur pour décoller le moule du silicone. Puis , avec des cales en bois que l'on introduit de plus en plus largement, les morceaux du moule se détachent.

Photo: Anne Kirkpatrick


Roquebrune. Gers. Son calvaire.

Roquebrune. Gers. Son calvaire.

2èmè moule en résine.

Il est fabriqué de la même façon que la statue. Il présente de nombreux avantages: légèreté du matériau, solidité, fiabilité. En plus de sa souplesse relative, il évite, si les morceaux sont bien calculés, la pose de cales. Mais cela nécessite en premier lieu, une couche de silicone conséquente. De plus, les creux sont comblés par le silicone.

Il faut avancer lentement, chaque étape doit être réussie. Le séchage intermédiaire de 24h empêche la progression rapide, mais prête à la réflexion.

Photo:Anne Kirkpatrick

Roquebrune. Gers. Son calvaire

Roquebrune. Gers. Son calvaire

Coulage de la résine.

C'est encore un moment délicat. Armée de masque spécifique , je me bats avec le gel coat. Première couche qui rendra la statue brillante et solide. Le lendemain seulement et pendant les jours qui vont suivre, je place diverses couches de résine avec du mat de verre. Puis je réunis les morceaux. L'aventure se corse: la forme de la statue est plus complexe que je ne le pensais. La tête laisse un passage trop étroit pour combler les trous. Tant bien que mal , l'ensemble est ajusté. Lorsque c'est sec, je démoule, et là, elle sort sans encombre. La forme est là. Je suis presque contente.Pendant quelques jours et sans trop regarder les détails , je ponce, je rajoute de la résine, j'ai l'impression d'avancer;

Et je commence à regarder de plus près. Et l'évidence est là. La résine n'a pas réagi normalement. Elle gondole, il y a des manques trop importants. la restauration s'annonce très longue. C'est raté, de A à Z. Voilà les surprises de la chimie.

Je m'adresse donc à un spécialiste qui dispense des cours ad hoc: Monsieur William Hemardinquer de Lavardens.


Photo: Anne Kirkpatrick

Roquebrune. Gers. Son Calvaire.

Roquebrune. Gers. Son Calvaire.

Edification du moule en plâtre.

Sur le silicone, après avoir soigneusement passé les cales au savon noir, je jette du bout des doigts le plâtre liquide, d'un geste sec, pour qu'il entre dans tous les détails. Plusieurs couches sont nécessaires avant de consolider l'ensemble de barres de fer, de "pelochons" de filasse trempés dans du plâtre et d'une armature en bois qui permettra de poser correctement l'ensemble au moment du coulage.

Photo: Anne Kirkpatrick

Roquebrune. Gers. Son Calvaire.

Roquebrune. Gers. Son Calvaire.

Edification du moule.

Le tirage se fera en résine. Procédé chimique couramment employé pour la restauration du patrimoine. Bronzes, pierre, tout est restauré ainsi. Les résultats sont satisfaisants dans le temps.

Le choix du moule s'est porté sur un contre moule en plâtre dans un premier temps.

J'ai  passé le silicone après avoir choisi soigneusement les morceaux à développer. Un grand morceau devant et deux derrière. Puis j'ai posé des cales dans tous les plis pour permette au contre-moule futur de sortir sans accrocher . Un exercice périlleux puisqu'il faut calculer les formes à l'envers. Trêve de détails. Il faut avancer sans savoir si l'on a oublié une étape. La surprise est pour la fin!


Photo: Anne Kirkpatrick

Roquebrune. Gers. Son Calvaire.

Roquebrune. Gers. Son Calvaire.

Bienvenue dans mon atelier.

Je suis née à Roquebrune et je ne m'étais pourtant jamais intéressée à ce Calvaire, si ce n'est, enfant, pour tenter une escalade impossible en surplomb.

La Vierge est maintenant dans mon atelier. Le premier travail  consiste à remodeler les parties abimées ou manquantes. Elles sont importantes et un modèle similaire aurait été le bienvenu. Mais tant pis, je me suis mise, en confiance, dans les pas de mon prédécesseur.

C'est avec du plâtre à modeler que je reforme la statue.Il est plus lent à la prise, avec un bel aspect fini.  Il faut avancer doucement, rajouter, enlever, poncer jusqu'au brillant. Le travail doit être tel que l'on ne se doute pas de l'intervention.

Après la tête, les manques dans les plis du manteau, les pieds, j'arrive au socle: ici pas de poésie! Il demande un travail de précision très exigeant.

Lorsque la statue est bien propre, le travail de moulage peut commencer.


Photo: Anne Kirkpatrick

Roquebrune.Gers. Son calvaire.

Roquebrune.Gers. Son calvaire.

Zoom sur la Croix.

L'appareil numérique aidant, nous devenons beaucoup plus curieux, intéressés. Peut être sommes nous à l'affût d'une histoire, d'une généalogie des faits?

Je zoome donc sur la Croix. Je ne peux que m'émerveiller du travail de ferronerie de cette Croix très ajourée. Admiration au passage de la technique irréprochable du sculpteur. Expression douloureuse de Marie, mais pourtant forte. Le Christ lui aussi porte la signification de son attitude. Il reste beau et tourné vers l'humanité. Je ne descelle pas de signature. Peut être le Calvaire date-t-il de la même époque que l'église?

Regardez ces savants entrelacs de grappes de raisins et de feuilles de vigne et d'épis de blés. Nous pensons tout de suite au travail de la campagne. Mais c'est à l'évidence l'évocation du Jeudi Saint: transformation du pain et du vin;


Photo: Anne Kirkpatrick


Roquebrune. Gers. Son Calvaire.

Roquebrune. Gers. Son Calvaire.

Le Calvaire de Roquebrune orphelin.

Depuis quelques mois, très peu l'ont remarqué, il manque le personnage de la Vierge. A l'initiative du Maire Benoît Desenlis, elle a été démontée car des attaques très sérieuses de rouille, sur sa tête et surtout à sa base rendait sa présence dangereuse. En effet, lorsque la statue a été sortie, elle est littéralement tombée dans le godet qui allait la récupérer.: 100 kg à 2m 50 de haut, l'opération était délicate.

Nous pouvons dire que cette Vierge "Stabat Mater" (La Vierge debout au pied de la Croix) est accompagnée de St Jean, disciple aimé de Jésus qu'il confie à sa Mère en remplacement de lui même, et ajoute " Voici ta Mère".

L'ensemble est près de l'église dans le centre du village. Il est orienté plein sud. Marie à l'Occident, Jean à l'Orient.



Photo: Anne Kirkpatrick


Biran.Gers.Un village spectaculaire.

Biran.Gers.Un village spectaculaire.

Le catéchisme sur écran géant.

Vous croisez une pile gallo-romaine dans la plaine. Puis l'accès est montagnard pour parvenir à ce petit village fortifié. Il est dominé par une tour impressionnante. Au pied de celle ci , l'église du XVII siècle. Je pousse la porte. Le prêtre argumente la Parole du jour en montrant aux enfants les détails sculptés d'un immense rétable en pierre!( 8m x8m)

  Le prêtre familiarise l'esprit des enfants à ce trésor et du coup, c'est toute l'assemblée qui en profite. Quel meilleur moyen pour apprécier l'art, lui donner un sens, une forme. Ces petits gersois ont beaucoup de chance.